Parfois au travail il m'arrive de coudre pour mes collègues...
mais il y a aussi et surtout une grande partie de classement, de cataloguage et d'étude.

Plus de 50 000 plaques de verre à trier récoler dans le jargon musée!

Certains jours cela peut être lassant dans des réserves fermées à la lumière et non chauffées,
mais parfois allez! en vérité, assez régulièrement, un détail me fait sourire :

 

Un chignon qui revient à la mode

Des souliers usés

Une poupée si précieuse

Un col en dentelle 

Des visages qui aujourd'hui ne sont plus

Des poses convenues et figées

Une expression pourtant naissante

Un pli religieuse parfaitement exécuté

Les accessoires affichés ou discrets d'un corps de métier en 1905

 

couturières1

Une photo que je trouve émouvante et si aujourd'hui nous pouvons coudre chez nous,
chacune avec notre ou nos machines, la blogosphère nous permet de retrouver un peu de cet esprit d'atelier
où le partage et la transmission avaient lieu.

 

Merci à vous de passer et de laisser des commentaires
et surtout pardonnez-moi de ne pas toujours prendre le temps de vous répondre,
je n'y arrive plus et cela m'embête car vos gentils mots me touchent et m'encouragent vraiment.